Go to Top
Newton.Vaureal Consulting - Logistique et supply chain Management - Paris
+33 1 40 17 04 03

Langue:

PCA

Si la Supply Chain est marquée, tout particulièrement dans sa composante logistique, par des aléas opérationnels, elle est aujourd’hui exposée de manière plus subtile et insidieuse mais avec des conséquences autrement plus graves, aux actes de malveillance ou aux risques majeurs.

Il y a des mots qui marquent des époques. Ainsi en est-il du risque, risque sur le service client, risque sur la perte de produits, risque sur les personnes, risque d’image…

La maîtrise du risque au sein des Supply Chain passe par trois maîtres mots : anticiper, s’entrainer et observer. Il faut penser l’impensable, s’y préparer et veiller, être sur le qui-vive du soldat sentinelle.

Anticiper

La construction de PCA, Plan de Continuité d’Activité, est un bon fil conducteur pour mobiliser les énergies et les intérêts sur le sujet des risques fortuits allant de l’arrêt partiel ou complet d’un entrepôt à celui de l’impossibilité d’utiliser un mode de transport.

En retour d’expérience, les PCA rencontrent trois natures de difficultés dans leur conception.

  • l’expression des objectifs en période transitoire définissant les temps de recouvrement de la situation normale
  • l’implication des prestataires logistiques dans le processus car une bonne partie de la réussite de la démarche en dépend.
  • l’implication des directions générales sur ces sujets.

Se préparer et entrainer les équipes

Le point faible de la plus grande partie des PCA, c’est qu’ils ne sont pas « joués » régulièrement.

Si la conception a été bien faite, le seul moyen de l’appropriation efficace tient dans l’entrainement. La Supply Chain est dans l’action quotidienne, et nous partons du principe que cette action vaut entrainement. Mais qu’en est-il de l’exceptionnel ? Il faut donc s’entrainer à s’y confronter de manière volontariste.

Décider c’est trancher.

Et la décision dans l’action se prépare dans la répétition.

Rester sur le qui-vive et mettre sous observation

C’est là où le Big Data et les outils Analytics prennent tout leur sens. Les nouvelles générations d’outils comme Watson d’IBM ou GPS de Business Investigation viennent se fixer sur les flux d’informations endogènes ou exogènes à l’entreprise, et ont la capacité, après une certaine période d’auto paramétrage (machine learning) d’identifier des signaux faibles associés à des risques croissants.